Marcher c’est tricher…

Avant toute chose, ne vous énervez pas tout de suite ! Certes le titre est provocateur, mais je vous conseille de prendre une bonne tisane ou un bon chocolat chaud, de vous installer confortablement, de bien prendre soin de bien tout lire et surtout de comprendre le message que j’essaie de faire passer à travers ce titre. Beaucoup de personnes me voient souvent faire référence à cette expression et j’ai décidé d’éclaircir certaines choses car beaucoup d’entre vous sont ulcérés de me voir dire cela.

J’aurais pu très bien faire court en disant que le sport qu’on pratique est la course à pied et non le combiné course à pied/marche, le nom de la discipline aurait suffit à tout expliquer. Ça aurait été bien plus simple mais non car « Marcher c’est tricher » à une autre signification bien plus personnelle.

Déjà, en disant cela je ne vise personne car cette phrase ne vise qu’une seule personne, c’est-à-dire moi. C’est une expression qui me sert de motivation que je joindrais à d’autres tels que « A gagner sans péril on triomphe sans gloire », « Plutôt mériter les honneurs et ne point les avoirs, que de les avoirs et ne pas les mériter » qui s’en rapproche et aussi une autre qu’on voit souvent sur Instagram par exemple « No pain no gain ».

Je vais vous raconter une anecdote. Ma 1ère course officielle fut un Trail pas très long un 10 kilomètres avec 1 000 mètres de D+ le 12 juillet 2015. J’y ai pris part sans aucune pression juste prendre du plaisir car je n’avais aucune expérience sur les courses sur chemin. La course en elle-même se passe très bien je gère assez bien les montées, un peu moins les descentes et au 6ème kilomètre je tombe face à un mur, une montée bien raide. Son début je l’ai fait en courant mais très vite je vois que je suis obligé de marcher pour continuer et là j’ai cette réflexion « Bruno tu ne peux pas marcher ! C’est interdit, tu triches ! ». En fait j’avais le choix entre continuer mais en marchant le long de cette fameuse montée ou abandonner. A ce moment je vois des gens marcher et ils me disent que c’est normal certaines fois en Trail de marcher en fonction de certaines difficultés. J’ai fini cette course en environ 1 heure 10 minutes, j’en garde de bons souvenirs mais aussi cette fameuse réflexion sur le fait de marcher qui m’est resté ancrée dans la tête.

Du haut de mon statut de coureur du dimanche je ne vise rien, aucun exploit exceptionnel. Tout ce que je fais, je le fais principalement pour moi, c’est pour cela que je suis parfois dur avec moi-même. Pourquoi me faire chier à courir après le boulot alors que je peux rentrer chez moi et me reposer ? Pourquoi me lever à 6 heures du matin le dimanche pour aller courir à jeun alors que je peux rester dans mon lit faire la grasse matinée ? Certes il est toujours plus facile de rester dans sa zone de confort, il y a toujours une solution de facilité à tout inconvénient. Il n’est agréable pour personne d’être dans la difficulté mais, n’est-il pas agréable de transformer cette difficulté en défi ! N’est-il pas jouissif d’arriver au bout du chemin et de se dire que malgré la peur et l’envie de se désister on a pas baissé les bras et avons eu la force et le courage de continuer et d’aller jusqu’au bout !

Voilà, « Marcher c’est tricher » c’est un peu ça pour moi, ne pas renoncer à la première difficulté. Je suis d’accord pour dire qu’on est tous fait différemment, que certains sont plus costauds physiquement et/ou mentalement que d’autres, que certaines personnes quand elles sont à 8 km/h courent alors que d’autres à cette vitesse marchent. Faites le test sur un tapis de course en augmentant petit à petit la vitesse pour voir à partir de combien de km/h vous ne marchez plus mais vous courez.  Je suis conscient que certaines courses dépassant les 50 kilomètres nous amènent par moment à devoir marcher, c’est pour cela que je reste dans le cadre de courses sur route allant du 10 kilomètres au marathon. Même si je pense qu’avec un bon entrainement, une bonne hygiène de vie et un corps en bonne santé physique il est possible de faire certaines courses Ultra sans devoir marcher, et je parle toujours pour un coureur amateur.

J’ai eu il y a quelques mois un moment de moins bien où je n’avais plus trop envie de forcer, de me faire mal où à la moindre difficulté je ne faisais plus l’effort et baissais les bras. Heureusement depuis je me suis pris en main, j’ai changé certaines choses à mes sorties, je me suis programmé un entraînement un peu plus difficile qu’auparavant, j’ai voulu délibérément me mettre dans la difficulté car je savais que c’était cela qui allait me faire redevenir celui que j’étais. Je peux vous assurer que je me mets minable lors de certaines sorties, ne vous fiez pas à certaines photos que je publie sur Instagram où on me voit sourire car elles peuvent ne pas refléter les sorties que je viens de faire. Les fruits que je récolte lors de mes courses sont le résultat de mon travail et de mes efforts.

Combien de fois lors de mes entraînements j’ai voulu marcher, m’arrêter pour souffler et mieux repartir et même abandonner. A quoi me servent mes sorties si à la moindre difficulté je me laisse aller au lieu de résister et de l’affronter, car oui c’est là qu’on progresse ! C’est quand ce n’est pas facile et qu’on prend le dessus qu’on peut envisager d’aller plus haut. Beaucoup de personnes disent courir pour le plaisir et non pour les chiffres ou pas forcément progresser. Permettez moi de ne pas les croire ou d’en croire un très petit nombre. Même si on ne le clame pas fort on veut tous progresser, on veut tous être meilleur que quelqu’un et ce n’est pas dans la facilité que vous y arriverez ! N’ayez pas peur de vous faire mal, refusez ces pensées négatives qui viennent polluer votre cerveau, allez au bout de vous-même ! Que retiendrez vous de positif de votre sortie de 10 kilomètres si vous avez marché durant 2 kilomètres, soufflé 5 minutes puis à nouveau marché durant 1 kilomètre ? Qu’est-ce qu’elle vous apportera ? Excusez moi de vous le dire franchement, rien du tout. A votre place je serais resté chez moi installé confortablement sur mon canapé devant la TV ça aurait été bien plus intéressant que votre sortie. Beaucoup de gens m’ont donné différentes explications du pourquoi ils marchent par moment, une personne m’a même dit qu’elle courait en « Cyrano », j’aurais du lui demander si elle habitait Bergerac ! Excusez moi d’être un peu violent, je conçois que certains ne peuvent pas tenir une certaine distance sans un peu marcher, je ne vous en tiens pas forcément rigueur.

Il y a un point sur lequel j’ai du mal à comprendre et s’il faut être méchant à un moment donné c’est maintenant que je vais l’être. C’est à propos de ces personnes qui s’inscrivent à des courses officielles et qui les courent comme leurs sorties banales en semaine ou le dimanche sans se faire violence, qui marchent toutes les 10 minutes, qui donnent l’impression de faire leur jogging du week-end ! Je peux concevoir que sur Semi ou Marathon certains soient obligés pour « x » raisons de devoir marcher et certaines sont recevables, mais il y a 2 semaines lors du Run In Lyon sur le 10 kilomètres j’ai vu des choses qui m’ont misent hors de moi entre ceux qui marchaient en tapant la discussion, ceux qui ont mal gérer leur course et ont du faire les premiers 5 kilomètres en courant et les 5 derniers en marchant, ceux qui étaient équipés en eau et barres de gel comme s’ils allaient courir un Ultra Trail et puis entre autre ceux qui se plaignaient de n’avoir qu’un seul ravitaillement à la mi-course.

Dites-moi sincèrement pourquoi vous vous inscrivez à une épreuve si ce n’est pas pour vous donner à fond l’instant d’une course ! Quel plaisir en tirez-vous et pourquoi ? Ça ne vous fait pas un peu chier de dépenser de l’argent pour une course plus le transport et l’hébergement sans vous être donnés à fond et avoir un sentiment de satisfaction ? C’est quoi votre but, c’est d’avoir une médaille et une photo de vous en courant ? Car si c’est cela allez chez Intersport acheter une médaille et prenez vous en photo avec votre smartphone cela vous coûtera bien moins cher. Lors du 10 kilomètres de Lyon j’ai été Pacer d’une amie, au bout du 3ème kilomètre elle n’avait qu’une envie c’était de s’arrêter sur le côté du parcours et pleurer. A ce moment-là le chrono est devenu dérisoire et je lui ai dit qu’elle allait aller jusqu’au bout et sans marcher. Vous allez me croire dur avec elle mais non car je savais qu’elle avait malgré la fatigue d’un départ trop rapide et des pensées négatives de la course les facultés physiques et mentales pour le faire ! Lors de ce fameux du 10 kilomètres j’ai même vu une personne qui malgré des soucis de dos est allée au bout de la course sans marcher et cela peu importe le chrono car ce qu’elle voulait c’était juste courir !

Il y a une personne que je pourrais autoriser à marcher à côté de moi lors d’une course c’est Yohann Diniz spécialiste de la Marche Athlétique. Prenez son record du 50 kilomètres marche qui est de 3h32’32 . Cela nous fait une vitesse moyenne de 14,1 km/h pour une allure moyenne de 4’15/km ce qui ferait qu’il bouclerait en marchant un Marathon en 2h59’19 ! Autre exemple, son record du 20 kilomètres marche est de 1h17’02, ce qui nous fait une vitesse moyenne de 15,5 km/h et une allure moyenne de 3’53/km ! Finalement, tout compte fait je ne sais si c’est une bonne idée de courir un Marathon avec lui, je risquerais de vite m’énerver en voyant à côté de moi quelqu’un marcher en souriant alors que moi je cours ! (lol)

Vous allez certainement dire que c’est facile pour moi de dire cela, que je devrais me mettre à la place de certains ou comprendre certaines personnes. Je vais peut-être casser l’image policée que certains ont de moi, me faire insulter ou avoir des reproches envers certaines choses que j’ai dit. Je ne regrette rien de ce que j’ai dit, oui je sais que c’est plus facile pour certains que pour d’autres. C’est pour cela qu’à travers cet article je ne vous juge pas et ne vous incrimine pas sur le fait de marcher. Non, le message que je veux faire passer est de ne pas baisser les bras, de ne pas vous laissez appâter pour des pensées négatives, d’être fort dans les moments de faiblesses, faites vous violence, essayez de surmonter les difficultés car on n’arrive pas forcément du 1er coup au sommet d’une montagne mais c’est en pratiquant régulièrement son ascension qu’on y arrivera !

Publicités

12 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. jean louis valderrama dit :

    Bonjour Bruno, A peine une année d’expérience dans la compétion en CAP et deja des préjugés ? Tu devrais peut être attendre un peu non? découvre ce monde, fais toi une vraie expérience et quand tu auras fait le tour du sujet (un peu compliqué en un an) tu auras peut être un autre avis. je serais curieux de connaitre la liste de tes courses. Bonne continuation. Moi je te dirai que marcher ça marche, et tu as mon vrai nom pour trouver ce que j’ai fait

    J'aime

    1. bruno7mcd dit :

      Bonjour,
      Qui vous a dit que je n’avais qu’un an d’expérience ?!?
      Cela fait bien plus longtemps que je cours !
      En juillet 2015 c’est mes débuts en course officielle, ça aurait dû être avant (lire article antérieur).
      Cela fait quelques années que je cours
      Et s’il vous plaît au lieu de dire n’importe quoi, essayez de connaître les gens un peut peu plus !
      Sur ce bonne soirée !

      J'aime

  2. Doudounette43 dit :

    Hé hé ne nous énervons pas 😉 chacun a son histoire, son parcours, son ressenti. Bien sûr que les personnes qui courent le font pour leurs propres raisons et il est certain que chacun (sauf cas exceptionnel 😀) veut SE dépasser, a un objectif temps, distance, ou veut faire mieux que le voisin….sinon pourquoi courir sans aucun but!!lool!! Moi je fais partie de ces gens qui courent sans s’arrêter. Après physiquement, comme par exemple sur les 12h de roche, je n’ai pas pu faire autrement que de marcher à un certain moment.mais avant d’en arriver à marcher, j’ai donné tout ce que je pouvais. Oui j’aurai aimé courir tout du long mais je n’ai que 3ans de course dans les pattes,je suis une ancienne no sportive de base 😁, donc même en ayant marché je suis fière de moi. Après effectivement les personnes qui se lancent dans des courses officielles mais qui marchent à la moindre difficulté je trouve ça dommage, dans la course il y a le physique mais aussi une énorme part de mental. Au début je courais 1/4h, rapidement je suis passé à 1/2h,mais les personnes avec qui je courais faisaient une pause étirements entre les 2, perso j’ai jamais pu. Si je cours, je cours. Maintenant la question se pose plus, je cours seule 😀(sauf pendant les courses officielles) après oui il y a des sorties où je suis moins en forme, ben au lieu de m’arrêter, je préfère modifier mon parcours et me fixer un nouvel objectif. Après je n’ai pas le niveau de certains coureur (comme toi par exemple 😉) mais qd je vois d’où je suis parti ben je kiff la runningmum que je suis devenue. A part ça j’aime beaucoup ton blog. Le but c’est d’échanger, dialoguer; chacun a son point de vue donc place à la discussion plutôt que l’agression 😀😉

    J'aime

    1. bruno7mcd dit :

      Salut !
      Je partage ton opinion je te suis même !
      Il est tout à fait normal dans certaines courses style les 12h de Roche de marcher. Il est difficile de tenir sans flancher.
      Sur l’article je parle de courses allant jusqu’au Marathon où je pense qu’on peut le faire sans marcher. Sauf évidemment gros pépin physique.
      On a un peu le même parcours, j’ai durant longtemps détesté courir. Faire 1 Km était un calvaire pour moi !
      Continue de faire ce que tu fais comme tu l’aimes, tu ne le vous pas forcément mais je suis ce que tu fais !
      Et si un jour tu veux partager quelques kms sur Aurec avec moi ça sera avec plaisir pour moi 😊

      J'aime

  3. Laurence dit :

    D’accord et pas d’accord 😬
    Je débute en course à pieds je cours très doucement (j’essaie d’accélérer mais c difficile ☺️) mon vrai challenge c’est courir longtemps ! En avril j’ai fait mon 1er semi ( sans marcher ) et récemment j’ai fait un deuxième et j’ai marché 😭 Je souffrais du dos et je m’en veux à mort ça a gâché ma course, je me suis déçue… je comprends donc ce que tu dis marcher c’est tricher… je suis entièrement d’accord en ce qui me concerne malgré tout même en marchant ce jour là je suis allée au bout de moi-même je me suis dépassée et c’est ce que je recherche quand je cours.. j’ai fait des erreurs ( ma préparation) et cela m’a servi de leçon.. cela dit on a chacun son histoire durant une course et donc je ne comprends pas que tu juges ces personnes qui cours un 10 en marchant les 5 derniers.. elles sont peut être elle-même déçues de leur course…
    Vaste sujet en tout cas .. tu vas sûrement avoir des comm sympas

    J'aime

    1. bruno7mcd dit :

      Salut !
      Je ne les juges pas, je pense que certaines personnes tombent dans la facilité.
      Je trouve normal que dans certains cas comme ton 2ème Semi soient obligés de marcher, c’est tout à fait normal. Dans ton cas tu n’allais pas plus esquinté ta santé.
      Encore une fois c’est moi le 1er la personne visée. Ensuite c’est ceux qui à la 1ère fatigue décident de baisser les bras sans faire l’effort de repousser leurs limites car j’en suis sur que certains ont sans le savoir cette mentalité de se surpasser.
      Je ne demande à personne de courir à 18 Km/h, juste de courir peu importe le rythme.
      En tout cas je te félicite pour ce que tu fais et continue de te faire plaisir en courant 😊

      J'aime

  4. jp75018 dit :

    Alors là, je suis sur le cul !
    100% d’accord avec Jean-Louis sinon !

    Le principe, pour ceux qui veulent performer du moins, puisque c’est de ça que tu parles. Je respecte ceux qui font ça tranquille en marchant ou pas, mais parlons donc juste de performance!

    Il me semble que le règlement c’est « allure libre » : donc course, marche, mix des deux, voir sur les mains (j’ai pas testé).
    Le vainqueur est celui qui arrive le 1er, donc qui est allé le plus vite du départ à l’arrivée, qu’il ait couru tout du long ou pas, on s’en fout. Idem s’il s’agit juste d’améliorer ton RP, si tu peux le faire en marchant aux ravitos, ou plus souvent, ou même en faisant de petites pauses relaxation, c’est valable!
    Tu apprendras qu’en course à pied, il y a aussi le cerveau qui compte, et sur certaines courses et avec un certain niveau, on est plus performant (dans le sens où va plus vite en moyenne) en marchant dès le début (Cyrano).
    Donc marcher c’est pas forcément de la facilité, c’est aussi de l’intelligence, de la gestion d’effort, et donc de la performance à l’arrivée! Et cela a été prouvé maintes et maintes fois. Le jusqu’au boutisme mène rarement quelque part sauf dans le mur…

    J'aime

    1. bruno7mcd dit :

      Salut !
      Excuse moi mais toi aussi tu n’as pas compris le sens de l’article parce-que tu ne me connais pas, cette expression je l’utilise pour moi pas pour les autres. Qui suis-je pour critiquer les autres ? Je n’ai pas la chance qu’ont certains de connaître la personnalité des gens sans avoir au préalable appris à les connaître.
      Sur l’article je parle de mon expérience (par exemple j’ai un problème cardiaque qui ne m’a pas empêché de faire mon 1er marathon en moins de 3 heures mais ça je pense que tu le savais…). Je raconte dans l’article comment je peux être dur envers moi-même et que j’aimerais que certains que je vois (en course officielle) baisser les bras à la 1ère petite difficulté s’inspire de ça, qu’ils se fassent violence l’instant d’une course, bien sûr sauf gros pépins physiques. Je m’en fou honnêtement que quelqu’un marche ou court en faisant le Moonwalk, je veux juste montrer que malgré nos antécédents physiques et avec de la volonté on peut arriver à quelque chose de bien.
      Voilà je t’ai traduis l’article et j’espère que tu auras compris son sens. Je suis admiratif de tout coureur et encore + de celui qui part de loin, un peu comme moi.
      Je suis prêt à te raconter mon histoire, qui je suis réellement si cela t’intéresse, mais évite toi comme d’autres de porter des jugements sans connaître autrui et lis entre les lignes pour comprendre le message que je passe.
      Merci

      J'aime

  5. jp75018 dit :

    C’est juste qu’en lisant, j’ai compris que tu dénigrais les personnes qui marchent lors d’une course. Il y a plein de raisons valables de marcher, par exemple dans une cote à fort %, mieux vaut marcher pour relancer proprement en haut, plutôt que de se crâmer.
    Pour le Cyrano, c’est une technique éprouvée, jusqu’à haut niveau pour améliorer ses performances sur des courses de 100 km, 24 heuers, … Cela marche même sur marathon, et même pour les sub-3 heures…

    Un article sur le sujet sur mon blog :
    http://jp75018.blogspot.fr/2011/05/lalternance-cource-marche-methode.html

    Aimé par 1 personne

    1. bruno7mcd dit :

      Non ne t’inquiète pas ce n’est pas mon genre de dénigrer les personnes, je sais d’où je viens ! Tu sais j’ai un soucis cardiaque, j’ai pesé 110 kg pour 1m70 (lis mon 1er article « Qui es-tu Bruno… » pour un peu mieux me connaître si tu en as envie) aujourd’hui je pèse 65 kg. Mais à force de volonté, d’abnégation je me suis construit un gros mental.
      Je fais pas mal de D+ sur une semaine. Je ne critique rien et personne et je sais très qu’à des moments on est obligé de marcher, je le stipule dans l’article.
      Je veux juste démontrer à travers l’article qu’on se faisant un peu violence jour après jour qu’on peux arriver à quelque chose de bien 🙂

      J'aime

  6. jp75018 dit :

    J’ai du mal à comprendre qu’on se fasse violence (au niveau cardio) avec un problème cardiaque, mais bon, tu dois avoir l’aval de ton cardiologue…
    Personnellement je suis opposé au « no pain / no gain », je ne me fais jamais violence à l’entraînement, préférant enchaîner les séances « en contrôle ». Je réserve mon énergie pour la compétition. Chacun sa philosophie. Mais je te souhaite de durer dans ce sport, vu que tu es tout nouveau (donc de belles perfs, bravo). Moi ça ne fait que 11 ans que je cours régulièrement, et j’ai encore énormément à apprendre, même si j’ai lu plusieurs dizaines de bouquins sur l’entraînement, que j’ai testé pas mal de choses, ainsi qu’observé les autres coureurs.

    J'aime

    1. bruno7mcd dit :

      Je suis suivi tous les ans depuis 10 ans. J’ai une FC au repos de 40 bpm et en course autour de 15 km/h elle est d’environ 140 bpm. C’est très rare que je dépasse les 85%. Quand je dis je me fais violence c’est + niveau mentale. Mes sorties se font à l’instinct, aux sensations. Je ne fais quasiment jamais de Spé. Ne t’inquiète pas je ne bats pas mes RP à l’entraînement 😉
      Et je n’ai jamais dit que je sais tout.
      Je suis plus du genre à vouloir apprendre tout au long de mon existence et dans tout les domaines 🙂
      Bonne continuation à toi et j’espère qu’un jour on pourra discuter de tout, autour d’un verre ou durant une course 😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s